les ailes fracassées

Bienvenue sur mon blog

 

Maniaco-dépression

Cette hospitalisation permettra peut-être de mettre un nom sur tes troubles, les médecins parlent de bi-polarité, est-ce la dépression qui a occasionné la prise de drogue, ou est-ce les drogues qui ont entraîné la dépression, lié au manque pendant le sevrage, on tourne en rond.

Ces locaux sinistres qui te retiennent, nous devons les occulter, s’il ne tenait qu’à moi, tu serai revenu avec nous, la tristesse et les larmes dans tes yeux me bouleversent, je dois être forte pour deux, nous devons croire qu’à l’issu de ces épreuves, tu sortiras vainqueur de ton combat contre toi-même ; pour son enfant, une mère espère le plus beau, surtout éviter les écueils de la vie pour que son chemin soit le plus doux possible, allumer la lumière pour lui montrer le chemin.

Il te faudra du temps, ne sois pas impatient, mais surtout confie toi aux médecins, ils sont là pour t’aider, tu es quelqu’un d’important, même si tu te dévalorises tout le temps, peut être es-tu trop sensible pour ce monde qui t’entoure, lorsque tu auras plus de force, tu pourras t’occuper des autres et ce sera gratifiant pour toi, mais sache que nous serons là auprès de toi pour t’accompagner.

Bonne nuit à toi et fais de beaux rêves. 

  

Dans : Non classé
Par lesailesfracassees
Le 20 avril, 2008
A 0:08
Commentaires : 2
 
 

Mauvaise foi

Ce qui m’interpelle, c’est la propension que tu as à nier l’évidence !

On t’a rendu ton portable aujourd’hui, et la première chose que tu as faite a été de m’appeler, j’étais dans ton appartement à ranger l’annexe de la déchetterie !!!! la dernière fois où j’étais allé mettre de l’ordre dans tes affaires, tu venais d’être hospitalisé pour la seconde fois, en urgence, après injection d’un cocktail médicamenteux qui aurait pu t’envoyer à trépas, mais non, pour toi, nous exagérons toujours ton père et moi, mais combien sont-ils ceux qui ont voulu seulement comme toi oublier ne serait-ce qu’un instant l’angoisse de vivre et ne se sont jamais réveillé. C’est notre plus grande hantise et elle est justifiée, dans tes poubelles des dizaines de flacons de méthadone vides, résultat de tes shoots solitaires alors que tu criais à qui voulait l’entendre que tu ne prenais plus rien, et nous te faisions confiance, jusqu’à ces 10 derniers jours où ton regard vague ne nous disait rien de bon !

Les visites sont interdites, j’ai apporté à la porte du pavillon tes vêtements propres que l’infirmière est venu chercher après avoir dévérouillés les serrures, je suis repartie dans la nuit avec dans le coeur le bruit de ces portes qui se refermaient sur ton isolement, demain sera un autre jour, tu vas t’en sortir, mais tu dois cesser de nous mentir et nous manipuler, parce que nous avons aussi le droit de vivre un peu en paix.

Dans : Non classé
Par lesailesfracassees
Le 18 avril, 2008
A 0:30
Commentaires : 0
 
 

Deuxième jour

J’ai choisi le bleu couleur de tes yeux pour ce blog, ce regard que tu n’as plus envie d’ouvrir sur la vie, trop préoccupé par ton mal être pour t’intéresser à autre chose ; quelle faille est venue s’ouvrir en toi pour t’éparpiller en mille morceaux, ces morceaux de toi que tu n’arrives pas à recoller, que faut-il que tu fasses pour te reconstruire. D’où a pu partir cette faille, et à quel moment ? Ce soir je veux seulement me rappeler cet enfant espiègle, heureux de vivre qui ne pensait qu’à s’amuser et faire des farces. Nous t’avons tellement désiré que tu es arrivé neuf mois jour pour jour après notre mariage, pressé de venir au monde alors, pourquoi aujourd’hui cherches-tu inconsciemment à te faire du mal.

J’ai eu de tes nouvelles ce matin, l’infirmière me dit que tu es résigné. Le lendemain de Noel les médecins t’avaient proposé huit jours en isolement que tu avais refusé, pour te retrouver aujourd’hui au même point, cela en valait-il la peine, nous voulions te faire confiance, mais nous avons échoué, toi, l’équipe soignante et nous.

Mes pensées vont vers toi mon coeur, tu sais que je t’aime plus que tout.

Dans : Non classé
Par lesailesfracassees
Le 16 avril, 2008
A 22:53
Commentaires : 0
 
 

Retour à la case depart

A toi mon fils

 Je suis partie sans me retourner, trop en colère contre toi cette fois-ci. Cette capacité à nier l’évidence, à reporter la faute sur autrui a fait que je ne pouvais pas te soutenir dans ton attitude ; déjà depuis une dizaine de jours ton regard glauque que nous connaissons trop bien nous avait alerté, mais tu niais l’évidence, tu me disais, mais non maman, je ne prends plus rien, je ne m’injecte plus rien depuis trois mois, ces mots que nous espérions entendre, nous voulions le croire, après toutes ces années où nous te portions à bout de bras, où nous avons tremblé pour toi, te récupérant dans un état proche du coma, mais tu venais toujours nous retrouver dans ces cas là, comme si tu savais que tu avais franchi la limite, un peu comme une provocation, te voilà maintenant face à toi-même.

 Ce matin je t’ai regardé partir entre les deux infirmiers, recroquevillé tel un foetus, après ta révolte agressive de refuser cette hospitalisation, j’ai signé cette hospitalisation d’office sans état d’âme, ta vie était en jeu et tu ne t’en rends même pas compte, tu peux être en colère aussi contre moi, j’ai fait ce qu’il fallait, il y a deux ans, c’était ton père qui avait signé cette hospitalisation d’office après une over-dose de benzodiazépine, il avait pleuré toutes les larmes de son corps sur toi, son fils qu’il aime plus que tout, tellement démuni face à cette violence physique que tu t’infliges, Pouquoi ?

 Nous ne téléphonerons pas pour prendre de tes nouvelles, je sais que tu seras en isolement, sans moyen extérieur de communiquer, nous en souffrons et les jours prochains ne seront pas faciles, ni pour toi, ni pour nous, mais il faut que nous nous protégeons aussi, il en va de notre santé mentale. 

Par delà la nuit, mes pensées vont vers toi, tu ne verras pas mes larmes, mais je te serre très fort dans mes bras et pose sur ton coeur ma main en forme d’étoile.

Dans : Non classé
Par lesailesfracassees
Le 15 avril, 2008
A 23:18
Commentaires : 3
 
 

Bonjour tout le monde !

Bienvenue sur Unblog.fr, vous venez de créer un blog avec succès ! Ceci est votre premier article. Editez ou effacez le en vous rendant dans votre interface d’administration, et commencez à bloguer ! Votre mot de passe vous a été envoyé par email à l’adresse précisée lors de votre inscription. Si vous n’avez rien reçu, vérifiez que le courrier n’a pas été classé par erreur en tant que spam.

Dans votre admin, vous pourrez également vous inscrire dans notre annuaire de blogs, télécharger des images pour votre blog à insérer dans vos articles, en changer la présentation (disposition, polices, couleurs, images) et beaucoup d’autres choses.

Des questions ? Visitez les forums d’aide ! N’oubliez pas également de visiter les tutoriels listés en bas de votre tableau de bord.

Dans : Non classé
Par lesailesfracassees
Le
A 22:35
Commentaires : 0
 
 
 

Intervalle - formation - mo... |
Action contre le dopage |
Bien -être attitude |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Thérapeute multi référentiel
| DOUCEMENT LA MEMOIRE S'...
| pharmacieenligne